Sélectionner une page

LE DAMASSAMA

Installation sonore interactive

En partenariat avec le Fresnoy, Studio national des arts conttemporains et l’équipe de
recherche MINT (Université Lille 1, CNRS, LIFL UMR 8022 & IRCICA, Inria Lille Nord-Europe)
L’équipe MINT fait partie de l’axe ICI du laboratoire LIFL, qui bénéficie, dans le cadre
du CPER 2007-2013 d’une dotation pour le développement de l’axe Réalité Virtuelle.

Amphithéâtre de bols tibétains, le Damassama réserve au visiteur la place de chef d’orchestre, initiateur par sa gestuelle de réactions instrumentales (par capteur interposé : La Kinect) invitant à un cheminement musical personnalisé.
Le vécu de l’expérience sonore de l’instrument suscite l’écoute attentive, introspective des dimensions de soi, des autres et de l’environnement personnel.
De simples auditeurs, nous devenons instrumentistes et recréateurs de l’univers sonore.
Lors de l’intervention, les vibrations pénètrent le corps et y persistent, incitant à écouter le monde dans une réalité spirituelle dont nous sommes les auteurs sur l’instant.

 

Amphitheatre of Tibetan bowls, the Damassama reserves the place of conductor to the visitor who initiates with his movements the instrumental reactions (by interposed captors) inviting us to a personalised musical course.
Having the sound experience of the instrument makes us listen attentively, introspectively of the dimensions of self, of others and ones personal environment. From simple listeners, we become instrumentalists and creators of the sound universe.
During the piece, the vibrations penetrate the body and stay, encouraging us to listen to the world in a spiritual reality of which we are authors at that moment.

Pour interagir, désigner les bols met en fonctionnement un à un ou en accord les percuteurs. Lancer un bras à l’horizontale ou en diagonale produit une suite de notes dans une gamme orientale allant de l’aiguë au grave suivant la direction du geste. Plus le mouvement est rapide plus les notes seront jouées énergiquement. En unissant les mains, le Damassama répète les notes jouées antérieurement. Stopper le son en tendant la paume des mains (étouffoirs). «DAMAS» issu de «damasser» évoque l’origine de fabrication du bol par le martelage et l’imbrication des sept métaux qui le constitue. «SAMA» signifie l’écoute, l’audition attentive, conscience du corps et de l’espace à l’instant T, c’est aussi la danse giratoire des derviches tourneurs. Un voyage entre la matière et le sensible s’opère.